"Ce qui se passe ensuite : le ciel, le même ciel, soudain ouvert, noir absolument et vide absolument (...)"
Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre

orage1.jpg