Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg : http://www.musees.strasbourg.eu/ind...

Présentation du site du musée :
Première exposition de l’artiste franco-suisse en France depuis 2009,
La première nuit du monde réunit au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg (MAMCS) les peintures les plus récentes de Valérie Favre ainsi qu’un ensemble impressionnant de plus de 200 dessins inspirés par la lecture du roman de Maurice Blanchot, Thomas l’Obscur.
Dans un espace d’environ 600 m2, l’exposition permet de découvrir les dernières œuvres, rêveries et réflexions profondes, d’une artiste rare en France.
La première nuit du monde ainsi Valérie Favre (née en 1959 à Bienne, Suisse) intitule-t-elle cette vaste exposition que lui consacre le MAMCS, empruntant les mots de Maurice Blanchot dans Thomas l’Obscur pour désigner un projet qui doit aussi bien à la littérature qu’au théâtre. Fascinée par ce récit étrange, l’artiste a entrepris de recopier minutieusement l’ouvrage et de l’illustrer de dessins à l’encre. Les quelque deux cents dessins qui composent cet ensemble forment un véritable environnement qui figure au cœur d’une exposition scénographiée par l’artiste elle-même.
Réunissant une trentaine de peintures, toutes réalisées à Berlin - où Valérie Favre vit et enseigne à la prestigieuse Universität der Künste - l’exposition inclut plusieurs grands triptyques, issus de la série que l’artiste nomme « Théâtres ». Ces vastes peintures impressionnent tant par leurs dimensions monumentales que par les scènes étonnantes qu’elles représentent : parades étranges ou nefs des fous, les Théâtres donnent à voir, sur un mode sombre mais non dénué d’humour, une vision de la folie du monde.
Travaillant par séries – les Robes rouges, les Lapines univers ou encore les Suicides sont parmi les thèmes sur lesquels elle a opéré par le passé de nombreuses variations - Valérie Favre présente également plusieurs tableaux qui poursuivent un cycle déjà en cours tels les Fragments proches des dessins à l’encre de Victor Hugo et dont elle offre un développement et une conclusion inédite, les Ghosts inspirés, notamment par L’Envol des Sorcières de Goya ou le dernier Balls and Tunnels, véritable ode au hasard. L’exposition montre enfin un ensemble de dessins à l’encre où se rencontrent, dans un bouillonnement de lignes et de collages, des références à l’histoire de l’art et de la littérature ainsi qu’au monde contemporain.

Commissariat : Joëlle Pijaudier-Cabot, directrice des Musées de Strasbourg et Estelle Pietrzyk, directrice du MAMCS