Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Maurice Blanchot, Politique

Fil des billets

samedi 20 juin 2009

Appel à contribution pour l'ouvrage, "Maurice Blanchot, Communauté, Politique et Histoire" (1er novembre 2009).



Suite au colloque « Blanchot et le politique » organisé à l'université de Paris Ouest en mai 2009, nous préparons un volume consacré à ce thème. Ce livre fera suite aux deux ouvrages déjà publiés dans la collection : Résonances de Maurice Blanchot :

- Levinas-Blanchot : penser la différence, Paris, Presses Paris Ouest, 2ème édition, 2009
- Blanchot et la philosophie, Paris, Presses Paris Ouest, sortie fin 2009.

Les articles sont à envoyer avant le 1er novembre 2009. Ils doivent respecter la feuille de style téléchargeable sur le site http://www.pressesparisouest.fr, et ils ne doivent pas dépasser les 40.000 signes espaces compris.

Lire la suite...

mardi 1 novembre 2005

Dernière pétition signée par Blanchot.

Dernier geste politique publique de Maurice Blanchot. Signature en 2002 d'une pétition contre la guerre en Irak.

Lire la suite...

samedi 22 octobre 2005

Appel à contribution "Maurice Blanchot politique"

Le comité de rédaction de la collection "Compagnie de Maurice Blanchot" envisage la parution en automne 2006 d’un dossier consacré au politique dans l’œuvre et le cheminement intellectuel de cet auteur. Intitulé Maurice Blanchot politique (en écho avec l’étude de Francis Marmande consacrée au parcours politique de Georges Bataille), le recueil vise à donner une vision d’ensemble de la question.

Lire la suite...

samedi 14 mai 2005

Antoine Philippe, "Les temps du terrorisme et de la dissidence de Maurice Blanchot" (Reproduction interdite)

L’œuvre de Maurice Blanchot entretient une relation particulièrement ambigüe au temps. D’une part, pendant pratiquement toute sa vie, Blanchot a fait preuve d’un intérêt pour la littérature inchangé, continu, inaccessible à l’usure du temps. De plus, en laissant la critique dans l’ignorance de son passé, il a semblé vouloir donner de lui-même une image d’Epinal, celle de l’écrivain « dégagé » des influences du temps par excellence, entièrement sublimé dans l’atemporel de l’« espace littéraire ». Mais, en même temps, son œuvre se caractérise par un changement générique perpétuel qui invite le critique à la penser en périodes discontinues ayant chacune leur temporalité propre. Cette dialectique du continu et du discontinu s’est compliquée encore davantage lorsque des « démystifieurs » (en particulier Jeffrey Mehlman et Philippe Mesnard) sont venus déterrer son passé de journaliste dans la presse d’extrême-droite d’avant-guerre, non pour réveler un autre Blanchot, mais pour proposer ses articles politiques oubliés comme la clé de son œuvre si hermétique. Selon eux, Blanchot aurait toujours été fidèle à son premier engagement malgré l’apparence du contraire et son « silence » servirait essentiellement à couvrir sans le renier un passé coupable d’antisémitisme, de fascisme, et de terrorisme.

Lire la suite...